📡Transfert

Calcul des émissions liées au transfert sur les réseaux des données consommées par les usagers externes.

Description

Les émissions liées au transfert des données sont estimées à partir du trafic total (Mo) constaté sur les sites Web, API et SaaS.

Contexte

Cette méthode est appliquée systématiquement.

Méthode de calcul :

La 1ère étape consiste à estimer la consommation d'électricité du réseau qui permet de transférer les données consommées par les usagers externes à partir du volume total de données transférées.

Le volume total de données transférées est évalué à partir du 'nombre moyen de visites par mois' (donnée facilement accessible par l'entreprise) et du 'volume moyen de données transférées par visite'.

Le volume moyen de données transférées par visite peut être transmis par l’entreprise ou être estimé à l’aide de la fonction Inspecter du navigateur. Pour cela, il faut ouvrir l’inspecteur (clic droit > Inspecter ou F12), et se rendre dans l’onglet Réseau. En bas à gauche de la fenêtre, le volume de données transférées et la taille de la page sont disponibles.

Il faut bien utiliser le volume de données transférées et non pas la taille de la page

Il faut bien avoir l’inspecteur ouvert lorsque la page se charge ou que de nouvelles requêtes sont faites car uniquement les requêtes faites lorsque l’inspecteur est ouvert vont être enregistrées et mesurées. De plus, le log des requêtes est réinitialisé lorsqu’une nouvelle page se charge. Ceci peut-être contourné en activant la fonctionnalité “Preserve log” ou “Persist log” dans l'onglet Réseau de l'inspecteur (une fois activée, le log des requêtes ne sera plus réinitialisé au chargement d'une nouvelle page).

Pour être représentatif de la visite d’un utilisateur, il est conseillé de réaliser le parcours d’un utilisateur type avant de récupérer la valeur du volume de données transférées. En effet, toutes les requêtes ne se font pas à l’ouverture d’une page web, c’est pourquoi il est conseillé de, par exemple, parcourir la page en entier, lire les vidéos, etc… avant de récupérer la valeur pour être le plus représentatif d'une visite type d'un utilisateur.

Cette consommation est estimée sur la base d'un facteur de conversion moyen (kWh/Mo) pour les connexions Wifi/4G de 1,91*10-4 kWh/Mo (Sources International Energy Agency, CISCO, CarbonBrief).

Cette consommation est alors traduite en émissions de GES en considérant l'intensité carbone :

  • Du mix électrique européen si les serveurs et usagers externes sont situés dans deux pays européens différents

  • Du mix électrique français si les serveurs et usagers externes sont tous deux situés en France

Les intensités carbone des mix par zone géographique sont issues idéalement des dernières données de l'AIE (base payante), ou à défaut des données les plus à jour de DEFRA ou l'ADEME (bases publiques).

Les émissions liées aux étapes du cycle de vie des infrastructures de réseau (hors utilisation / consommation d'électricité, i.e fabrication, fret et fin de vie des réseaux) peuvent être estimées à l'aide des données secondaires construites par le Syndicat des Régies Internet (SRI) dans le cadre du socle commun V2.1 sur l'impact des publicités en ligne, et sur la base de données issues de Negaoctet : 4.78E-09 kgCO2e/ko.

Le Plan Carbone Général est une ressource gérée par l’Association pour la Transition Bas-Carbone (ABC), via une gouvernance partagée entre les acteurs de la comptabilité carbone.

Le contenu du PCG - initialement créé par la société Sami et enrichi par la communauté Open Carbon Practice - est en cours de revue par les équipes de l’ABC pour proposer des modifications et des ajouts.

Dernière mise à jour