Links

Fluides climatisation

Catégorie PCG
Méthode
Incertitude
locaux > exploitation > fluides climatisation
kg de fluide remplacé
low
locaux > exploitation > fluides climatisation
kg de fluide / kW frigo
medium
locaux > exploitation > fluides climatisation
kg CO2e/m² climatisé - standard
high

Cas d'application

kg de fluide remplacé
kg de fluide / kW frigo
kg CO2e/m² climatisé - standard
Description
Cette méthode consiste à évaluer les émissions liées aux fuites de fluide frigorigène à partir des quantités de fluide remplacés en moyenne chaque année. A chaque opération de maintenance, s'il y a une différence entre le fluide retiré et le fluide rajouté dans le système : ce delta représente donc la quantité de fuite.
Contexte d'utilisation
Cette méthode est utilisée lorsque l'organisation a accès à ses factures d'entretien de climatisation, sur lesquelles doivent figurer le poids de fluide remplacés.
Ces « Fiches d'intervention pour les opérations nécessitant une manipulation de fluides frigorigènes effectuées sur un équipement » doivent obligatoirement être complétées selon le Cerfa n° 15497*03 par l’agent d’entretien. Toute organisation doit donc pouvoir avoir accès à ces documents et ces informations.
Méthode de calcul :
On prend le poids total de fluide remplacé sur l'année de référence (ou une moyenne annuelle si le remplacement a lieu de manière moins récurrente). On calcule le poids de fluide « manquant » dans l’installation : c’est-à-dire la différence entre la quantité de fluide récupérée et la quantité de fluide chargée. Ce delta représente la quantité de fluide ayant fui, entre la dernière recharge et celle effectuée.
Extraction des cases du CERFA à utiliser pour calculer les fuites de fluides frigorigène
Le fluide récupéré est destiné au traitement : on ne considère pas d’émissions de GES associées, car (si la manipulation est correctement effectuée), ce fluide retraité est remis sur le marché ou bien détruit en substances stables pour l’atmosphère.
On associe ensuite à cette masse le PRG (Pouvoir de Réchauffement Global) du fluide concerné, afin de convertir la masse en CO2e.
Si le poids de fluide remplacé n'est pas connu, on prend la charge totale de fluide contenue dans le climatiseur, à laquelle on applique le taux de fuite moyen annuel donné par l'ADEME pour la climatisation à air dans le secteur tertiaire (10% par an).
Description
Cette méthode consiste à évaluer les émissions liées aux fuites de fluide frigorigène à partir de la puissance frigorifique des climatiseurs.
Contexte d'utilisation
Cette méthode est utilisée lorsque l'organisation n'a pas accès à ses factures d'entretien de climatisation, mais peut trouver les caractéristiques techniques de ses climatiseurs.
Méthode de calcul :
L'ADEME donne un facteur de conversion qui permet d'estimer le volume de fluide frigorigène contenu dans un climatiseur en fonction de sa puissance frigorifique (0,3 kg de fluide par kW frigorifique pour une climatisation à air).
On connaît donc la charge frigorigène de la climatisation, à laquelle on associe un taux de fuite moyen pour une climatisation du secteur tertiaire (10% par an).
On multiplie enfin cette masse avec le PRG (Pouvoir de Réchauffement Global) du fluide concerné, afin de la convertir en CO2e.
Description
Cette méthode consiste à évaluer les émissions liées aux fuites de fluide frigorigène à partir de données standard pour la climatisation de bureaux.
Contexte d'utilisation
Cette méthode est utilisée lorsque l'organisation n'a pas accès aux informations techniques sur sa climatisation.
Méthode de calcul :
On demande au client la surface de bureaux climatisée, à laquelle on associe une donnée moyenne de kW frigorifiques par m² climatisé (0,1 kW frigorifique/m²). On multiplie ensuite cette donnée par le taux de fuite moyen de climatisation du tertiaire (10%), et par le PRG du fluide frigorigène.
Si le type de fluide frigorigène n'est pas connu, on prend par défaut le R410a, qui est aujourd'hui le plus utilisé dans les bâtiments de bureau (ADEME).
Pour d’autres types d'installations de climatisation ou de production de froid spécifiques (froid industriel, froid tertiaire, froid commercial, transport frigorifique), d’autres valeurs (kg de fluide par kW, taux de fuite, etc.) sont données dans l’utilitaire "Clim Froid" du Bilan Carbone® et peuvent servir pour les trois cas d'applications donnés ici. Il est toutefois préférable d'utiliser le Cerfa évoqué plus haut, qui devrait être disponible si des productions de froid spécifiques sont utilisées.
Les fluides frigorigènes sont des gaz fluorés : créés par l'homme, ils ont un impact très important sur le réchauffement climatique une fois relâchés dans l'atmosphère (lors d'une fuite).
Leur impact est mesuré en PRG (Pouvoir de Réchauffement Global), qui compare leur pouvoir de réchauffement à celui du CO2 (GES majoritaire).
A titre d'exemple, le R410a, aujourd'hui encore majoritairement utilisé dans nos climatisations, a un PRG de 1920 (GIEC, 2015). 1kg de R410a relâché dans l'atmosphère équivaut donc à 1920 kg de CO2 en terme d'impact sur le réchauffement climatique.
Le Plan Carbone Général est une ressource gérée par l’Association pour la Transition Bas-Carbone (ABC), via une gouvernance partagée entre les acteurs de la comptabilité carbone.
Le contenu du PCG - initialement créé par la société Sami et enrichi par la communauté Open Carbon Practice - est en cours de revue par les équipes de l’ABC pour proposer des modifications et des ajouts.